Historique

La naissance de la révélation spirituelle.

Les soeurs FOX

 

Les sœurs Fox, Margareth,

14 ans et Kate, 11 ans, habitent

dans la petite ville de Hydesville,

près de New York aux États-Unis.

Elles sont médiums à effets physiques.

Elles pratiquent le culte méthodiste

et ignorent tous des manifestations dont elles vont être témoins. En 1848, des coups se font entendre dans la maison, des coups frappés, ils deviennent de plus en plus nombreux. En mars de cette même année, les bruits sont tellement forts que les enfants refusent de dormir seuls.

Premier dialogue

Kate La plus jeune, met au défi la puissance de répéter les claquements de doigts qu’elle fait. A leur grand étonnement les coups répondent à chaque claquement. Mme Fox dit alors : « Compte dix ». L'Esprit frappe dix fois. La mère pose une série de questions, les réponses données par chiffres, montrent la plus grande connaissance de l’Esprit sur les affaires personnelles de la famille Fox. A la question : « Êtes-vous un homme, vous qui frappez ? » aucune réponse ne vint mais à celle-ci : « Êtes-vous un Esprit ? », il fut répondu par des coups nets et rapides. On appela une voisine, puis les voisins accoururent en foule. Les expériences se suivirent, nombreuses et précises. On sut ainsi que l’Esprit qui tapait était celui d'un homme qui se nommait Charles B. Rosma, qu'il était colporteur et âgé de trente et un ans. Il avait été assassiné pour son argent et qu’il était enterré dans la cave de son assassin. Des ossements humains furent effectivement trouvés plus tard. Kate Fox avait donc découvert ce qui semblait être un moyen de communication entre les deux mondes.

Commission d’enquête

Ces phénomènes furent retranscrits dans tous les journaux de l'époque. Le sérieux de ces événements, l'examen rigoureux qui en a été fait. Pas moins de trois commissions furent nommées - ainsi que les accusations et les persécutions menées par des fanatiques religieux, ont eu une grande répercussion jusqu'en Europe.

Les tables tournantes

 

En 1853, dans les salons, appeler

les Esprits devient un passe-temps.

Dans les salons parisiens et bourgeois,

on fait tourner les tables.

Réponses intelligentes

Les tables tournantes bougent et parfois elles répondent de façon intelligente à travers des coups, aux questions posées ou même à celles qui n'étaient que pensées. Cela voulait dire qu’il y avait un élément intelligent derrière le phénomène.

Observations

Des hommes de science se sont mis à observer et à étudier sérieusement la phénoménologie médiumnique, écartant rapidement l'hypothèse de fraudes.

Parmi eux figure Monsieur Hippolyte Rivail qui plus tard allait adopter le pseudonyme d'Allan Kardec.

Allan KARDEC "1804 - 1869"
Pédagogue, étude de médecine,

linguiste français.
Codificateur et fondateur

du spiritisme.

Né à Lyon, le 3 octobre 1804, d'une ancienne famille qui s'est distinguée dans la magistrature et le barreau, M. Allan Kardec (Léon-Hippolyte-Denizart Rivail) n'a point suivi cette carrière. Dès sa première jeunesse, il se sentait attiré vers l'étude des sciences et de la philosophie.

 

Elevé à l'Ecole de Pestalozzi, à Yverdun (Suisse),

il devint un des disciples les plus éminents de ce célèbre professeur, et l'un des propagateurs zélés de son système d'éducation, qui a exercé une grande influence sur la réforme des études en Allemagne

et en France.  

Ses études terminées, il vint en France. Possédant

à fond la langue allemande, il traduisit pour l'Allemagne différents ouvrages d'éducation et de morale, et, ce qui est caractéristique, les oeuvres de Fénélon, qui l'avaient particulièrement séduit.  

De 1835 à 1840, il fonda, dans son domicile rue de Sèvres, des cours gratuits, où il enseignait la chimie, la physique, l'anatomie comparée, l'astronomie, etc... constamment occupé de rendre attrayants et intéressants les systèmes d'éducation, il inventa, dans le même temps, une méthode ingénieuse pour apprendre à compter, et un tableau mnémonique de l'histoire de France, ayant pour objet de fixer dans la mémoire les dates des événements remarquables et des découvertes qui illustrèrent chaque règne.  

Avant que le Spiritisme ne vînt populariser le pseudonyme Allan Kardec, il avait su s'illustrer par divers livres d'éducation.  

Vers 1855, dès qu'il fut question des manifestations des Esprits, M. Allan Kardec se livra à des observations persévérantes sur ce phénomène et s'attacha principalement à en déduire les conséquences philosophiques. Il y entrevit tout d'abord le principe de nouvelles lois naturelles : celles qui régissent les rapports du monde visible

et du monde invisible ; il reconnut dans l'action de ce dernier une des forces de la nature dont la connaissance devait jeter la lumière sur une foule

de problèmes réputés insolubles, et il en comprit

la portée au point de vue religieux.  

Ses principaux ouvrages sur cette matière sont : 

  • le Livre des Esprits, dont la première édition a paru le 18 avril 1857 ; 

  • le Livre des Médiums, en janvier 1861 ; 

  • l'Evangile selon le Spiritisme, en avril 1864 ; 

  • le Ciel et l'Enfer, ou la justice de Dieu selon le Spiritisme en août 1865 ; 

  • la Genèse, les miracles et les prédictions, 

  • en janvier 1868 ; 

  • Qu'est-ce que le Spiritisme ; 

  • Voyage Spirite en 1862 ;

Oeuvres Posthumes ; 

la Revue spirite, journal d'études psychologiques, recueil mensuel commencé le 1º janvier 1858. 

Il a fondé à Paris, le 1º avril 1858, la première Société spirite régulièrement constituée, sous le nom de Société parisienne des études spirites,

dont le but exclusif est l'étude de tout ce qui peut contribuer au progrès de cette nouvelle science.

M. Allan Kardec se défend à juste titre d'avoir rien écrit sous l'influence d'idées préconçues ou systématiques ; homme d'un caractère froid et calme, il a observé les faits, et de ses observations il a déduit les lois qui les régissent ; le premier il en a donné la théorie et en a formé un corps méthodique et régulier.
 

Naissance en 1858 du premier journal spirite avec

le motto suivant : "Tout effet a une cause.

Tout effet intelligent a une cause intelligente.

La puissance de la cause intelligente est en raison

de la grandeur de l'effet".

 

En 1861, à la sortie du livre des médiums, les adversaires se déchaînent - la bibliothèque catholique vomit l'anathème et injure à pleine bouche - En cette année a lieu le fameux autodafé de Barcelone, l'inquisition se met en action.

 

Les ouvrages au nombre de 300 environ furent brûlés.

 

Mais il reçoit les honneures de la société spirite dite Charité de Vienne Autriche ; Kardec se déplace dansles grandes villes, une vingtaine pour parler de spiritisme, Tours, Lyon, Bordeaux,... Alger, Turin, Bruxelles, Smyrne.

 

1865 le spiristisme progresse en France

et à l'étranger.

 

En démontrant que les faits faussement qualifiés

de surnaturels sont soumis à des lois, il les fait entrer dans l'ordre des phénomènes de la nature,

et détruit ainsi le dernier refuge du merveilleux

et l'un des éléments de la superstition.  

De l'apparition du Livre des Esprits date la véritable fondation du Spiritisme qui, jusqu'alors, n'avait possédé que des éléments épars sans coordination et dont la portée n'avait pas pu être comprise

de tout le monde.  

Les preuves matérielles que donne le Spiritisme,

de l'existence de l'âme et de la vie future, tendent à la destruction des idées matérialistes et panthéistes. Un des principes les plus féconds de cette doctrine, et qui découle du précédent, est celui de la pluralité des existences, déjà entrevu

par une foule de philosophes anciens et modernes.  

De ce principe découle la solution de toutes les anomalies apparentes de la vie humaine, de toutes les inégalités intellectuelles, morales et sociales ; l'homme sait ainsi d'où il vient, où il va, pour quelle fin il est sur la terre et pourquoi il y souffre.  

Les idées innées s'expliquent par les connaissances acquises dans les vies antérieures ; les sympathies et les antipathies, par la nature des rapports antérieurs.  

Le Spiritisme a pour maxime : Hors la Charité, point de salut, c'est-à-dire l'égalité parmi les hommes devant Dieu, la tolérance, la liberté de conscience

et la bienveillance mutuelle.  

Il n'y a de foi inébranlable que celle qui peut regarder la raison face à face à tous les âges de l'humanité. A la foi, il faut une base, et cette base, c'est l'intelligence parfaite de ce qu'on doit croire ; pour croire il ne suffit pas de voir, il faut surtout comprendre (Evangile selon le Spiritisme).  

Travailleur infatigable, le coeur d'Allan Kardec

s'est arrêté suite à la rupture d'un anévrisme,

le 31 mars 1869.   Il sera enterré au cimetière

du Père La Chaise. Aujourd’hui, sa tombe est la plus visitée et la plus fleurie.

Association Centre d'Etudes Spirites Allan Kardec De Wattrelos

tel : 06 85 33 97 12

00 32 56 58 86 21 

Michel PéPé
00:00 / 04:09
  • Facebook
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now